Bénédiction des vivants - Samedi 12 décembre - 16h - église Saint Germain-des-Prés

 

Alors que les discussions sur l’avenir de notre planète occupent tous les esprits, il est bon de se souvenir des paroles du Pape François sur cette Création que Dieu nous confie :

« La Bible ne donne pas lieu à un anthropocentrisme despotique qui se désintéresserait des autres créatures » (Laudato Si n°68).

Alors que l’Eglise universelle entre dans l’année du Jubilé de la Miséricorde, nous avons choisi à Saint Germain des Prés de rendre grâce pour le premier signe que Dieu fait à l’homme de sa bonté et de sa bienveillance : la Création.

La Création est en effet bénédiction de Dieu pour l’homme : elle nous montre l’infinie tendresse, bonté et générosité de Dieu pour chacun.

Nous sommes donc appelés à reconnaître que tout vivant est une créature voulue et désirée par Dieu : « En même temps que nous pouvons faire un usage responsable des choses, nous sommes appelés à reconnaître que les autres êtres vivants ont une valeur propre devant Dieu et ‘par leur simple existence ils le bénissent et lui rendent gloire’, puisque ‘le Seigneur se réjouit en ses œuvres’ (Ps 104, 31) » (Laudato Si n°69).

Ce samedi 12 décembre, à 16h, sur le parvis de notre église, nous fêterons donc ce don de la Vie tel qu’il s’exprime dans la Création, en bénissant chacun de ses aspects. Nous reprendrons chacune des paroles de la belle prière de Saint François d’Assise et du Cantique de la Création que la Bible nous enseigne.

Les animaux qui ont une place toute particulière dans cette Création, et qui pour beaucoup de nos contemporains sont la seule vie qui leur tienne compagnie, seront eux aussi bénis à cette occasion.

A l’issue de cette bénédiction, chacun pourra poursuivre sa prière en entrant dans l’église ou engager la conversation avec les paroissiens sur le parvis autour de boissons chaudes.

Gardons au coeur que la vocation de l’homme, et en particulier du chrétien, vis-à-vis des autres créatures ne consiste pas à être un despote violent et irresponsable. L’homme est présenté dans la Bible comme prêtre de l’univers, celui par lequel et avec lequel, toutes les autres créatures pourront atteindre leur propre fin en Dieu. Cela rejoint ce que le pape dit de saint François dans son introduction à l’encyclique :

« Tout comme cela arrive quand nous tombons amoureux d’une personne, chaque fois que saint François d’Assise regardait le soleil, la lune ou les animaux même les plus petits, sa réaction était de chanter, en incorporant dans sa louange les autres créatures » (Laudato Si n°11).

 

Père Benoist de Sinety

 

Retour à l'accueil