Chers JP,

 

Permettez-moi tout d’abord de vous souhaiter une très bonne et sainte année 2013 ! Que la Joie, la Paix et l’Amour du Christ illuminent votre quotidien.

Après les festivités de Noël et afin de commencer cette nouvelle année de la meilleure façon qu’il soit, DEI VERBUM reprend mercredi (9 janvier) avec, pour nouveau thème, « Cheminement et détachement ». La lecture de Luc nous accompagnera pendant le carême et nous préparera à Pâques.

Pour mémoire, le mercredi 12 décembre, nous avions clôturé le cycle « Inauguration et révélation » avec Luc 9,51 à 10,42. Le Père Leproux nous avait rappelé que si le péché donne la mort, le pardon des péchés, lui, donne la vie. Jésus va bientôt être arraché au monde. Il est en chemin, déterminé à aller à Jérusalem, à faire la volonté du Père. Ce cheminement est le signe que la personne est en mouvement, elle n’est pas encore accomplie. On ne peut rentrer dans la Jérusalem (céleste) sans avoir parcouru ce chemin, sans avoir fait ce pèlerinage.

Le chapitre 9 s’achève sur des propos brutaux du Christ. La vie de disciple nous situe dans un autre niveau de vie, tout en ayant une condition de mortels. L’apostolat suppose une consécration.L’apparente dureté de Jésus est toujours liée à une grande bonté. Malgré toute la laideur du péché, Jésus pardonne.

 

Le début du chapitre 10 est marqué par trois temps : celui des Prophètes, puis celui de la Sagesse et enfin celui de la Loi mosaïque.

Les prophètes entrent dans les demeures pour dire que la Vie va arriver. Nous ne pouvons accueillir cette Vie si nous n’avons pas reconnu que nous étions dans la mort.  Les prophètes viennent nous visiter, nous bousculer pour que nous préparions notre demeure. Ils révèlent au peuple son incapacité à être fidèle à l’Alliance.

Puis nous assistons à la joie des disciples. Saint Luc est l’évangéliste de la paix et de la joie. Le Christ est avec l’Esprit Saint dans la prière : par la puissance de la Parole, la Vie est redonnée à ceux qui étaient dans la mort.

Enfin, nous sommes plongés dans une réflexion sur la Loi donnée par Moïse au Peuple élu. La Vie éternelle est attribuée du fait de l’obéissance à la Loi. C’est en effet la pratique de cette Loi qui donne la Vie.

 

Se pose alors la vraie question de savoir qui est le prochain, celui qu’on est appelé à aimer. La parabole du bon Samaritain souligne que le Peuple de Dieu ne pourra apporter au monde la Paix que s’il se réconcilie avec lui-même et efface les divisions internes.

Puis l’histoire de Marthe et Marie synthétise tout cela. D’un coté, Marthe est dans le monde des hommes, monde qui s’agite et ne prend pas le temps d’écouter la Parole. Alors que de l’autre côté, Marie, attentive aux prophètes, a la meilleure part puisqu’elle reste dans le moment présent de l’écoute de la Parole qui donne la Vie. Ainsi le chemin de Dieu n’est pas celui des hommes qui s’agitent sans l’écouter. Dieu nous parle aujourd’hui. Sa Parole, éternelle, s’incarne toujours dans des événements concrets. Notre avenir est aujourd’hui, il se trouve dans ce dans quoi nous mettons notre cœur.

Mercredi nous commencerons à réfléchir sur le 3ème thème avec Luc 11, 1-54. La lecture de ces textes nous amènera à partager notamment sur la prière que nous a enseignée Jésus (versets 1 à 14), grâce à laquelle nous pouvons combattre nos divisions intérieures (versets 14 à 26) et aller au-delà des apparences en privilégiant l’intérieur (versets 27 à 54).

Hélène

Retour à l'accueil